Le Sprocket Rocket

Sporcket Rocket - 01 fevrier 2016Dans la famille des appareils Lomo, en voici un que j’apprécie tout particulièrement : le Sprocket Rocket. Cet appareil photo panoramique couvre un champ de vision de 106°. Look vintage et matière plastique, tous les ingrédients d’un bon vieux lomo sont là. Cependant, je trouve qu’il donne plutôt une impression de robustesse, plus qu’un Diana F+ par exemple. Avec un film 35 mm de 36 poses on peut réaliser 18 clichés au format 33×72mm et, pour le même prix, on pourra utiliser les perforations de la pellicule, ce qui ne manquera pas de donner un petit effet « waouh c’est cool » à vos clichés.

Un peu de technique :

Coté réglage, pas besoin de s’atteler à la lecture fastidieuse d’un manuel abscons avec de multiples schémas et tableaux. Avec le Sprocket, on va à l’essentiel et on a surtout besoin d’une bonne dose de feeling. Tout l’art de ce type de technologie consiste à savoir si l’on utilise la position soleil (f/16) ou la position nuage (f/11) et bien évidemment pour quelle vitesse d’obturation. Non, non, non, ne vous emballez pas, là aussi le choix est réduit : on dispose de la position N (1/100s) et de la position B (Bulb pour les expositions longues). Enfin, une dernière possibilité de réglage nous est offerte avec la bague de mise au point, avec ici encore, deux positions : 0.6m-1m et 1m-infini, ce qui limite à 8 le nombre de combinaisons possibles mais c’est sans compter sur l’usage d’un éventuel flash ! Pour se faciliter la tâche, il est préférable, à mon avis, d’utiliser un film d’une sensibilité de 400 iso. Cela permet de s’en sortir dans la plupart des cas, y compris avec un flash pour les intérieurs. En ce qui concerne le modèle de flash, j’utilise un Canolite D de chez Canon ; d’autres feront l’affaire, mais la taille, le look et la puissance de ce modèle fonctionnent bien avec le Sprocket (et surtout c’est le seul que j’aie sous la main).

montage

Charger la pellicule

Pour cette partie, je vous invite à visionner cette vidéo bien adaptée pour la démonstration :

Une fois enlevée, la petite pièce amovible (voir début de la vidéo) dans le boitier vous permet d’utiliser toute la largeur de la pellicule pour vos clichés et donc de faire apparaître les fameuses perforations.

L’appareil dispose d’un compteur de vues mais également d’un petit repère blanc (voir photo ci-dessous) juste à côté de ce compteur. Il vous aide à bien avancer votre pellicule d’une vue afin d’éviter les chevauchements non voulus entre deux photos. L’avancement est correct une fois que le repère blanc a effectué un tour complet.

Sporcket Rocket - 01 fevrier 2016-5

Scanner avec DIGITALIZA

Afin d’obtenir une image avec les perforations, vous allez devoir, si vous ne la tirez pas avec un agrandisseur, scanner votre négatif avec l’accessoire proposé par Lomography : le DigitaLIZA. Il existe certainement d’autres astuces possibles mais j’ai opté par la solution de facilité et ai acheté ce porte négatif. Son utilisation est assez simple (voir vidéo ci-dessous), cependant, avec mon Epson V600, on ne peut pas positionner le système n’importe où, sinon, lancer la numérisation est impossible. L’idéal est de se prévoir un gabarit (voir site : exemple) afin de se faciliter la vie et de positionner rapidement le porte négatif DigitaLIZA.

Et voici le résultat :

SP0 600

Film : Earl Grey (100 ISO) / Dev : Ilford DDX / Scan : V600

XO - sprocket- Trix 400 - 11 11 2015 15

Film : Tri-X (400 ISO) / Dev : Ilford DDX / Scan : V600

XO - sprocket - 23 10 2015 - 8

Film : Tmax (400 ISO) / Dev : Ilford DDX / Scan : V600 / Flash : Canolite D

Sprocket Rocket - Portra 400 - 19 09 2015113 b 600

Film : Portra (400 ISO) / Dev : Tetena C-41 / Scan : V600

En dépit du caractère archaïque du boitier, je trouve que les photos obtenues sont relativement précises avec une déformation limitée. On pourrait croire aussi que le Sprocket est spécifiquement taillé pour la photo de paysage, mais il est également intéressant pour le portrait, la photo de rue… Chacun y trouvera son compte. Malgré tout, on peut se demander si on va réussir à en sortir des photos dépassant l’anecdotique et le simple amusement. Il n’y a pas vraiment de réponse à cette question car la technologie, qu’elle soit de pointe ou Lo-Fi, n’est qu’un outil pour exprimer notre créativité. Toujours est-il que j’ai un réel plaisir à utiliser cet appareil dans diverses occasions avec un rendu d’images bien moins « bas de gamme » que l’on pourrait s’y attendre.

Liens sprocket rocket:

http://microsites.lomography.com/sprocketrocket/

http://www.lomography.fr/search/photos?query=sprocket+rocket

Liens digitaliza :

http://microsites.lomography.com/digitaliza/

JB Darasco (6 Posts)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.